Le mystère du lac Vert

Partie 1 Introduction du 15 au 26 novembre 2021 Classe de Mme Pourias

Je me présente, moi c’est Sherlock, un husky gris clair et blanc aux yeux vairons (l’un est bleu, l’autre est vert). En ce jour ordinaire d’automne, Lou, 10 ans et Maël, 12 ans, décident de sortir prendre l’air. Nous passons beaucoup de temps dehors. Moi, je ne suis jamais contre car j’adore me promener. Nous habitons à Paris, Avenue de Versailles, dans un appartement assez grand à côté du Bois de Boulogne. Nous avons souvent l’habitude d’aller nous y promener le soir après l’école ou dès que nous pouvons. Quand il pleut nous sortons moins longtemps et dans ce cas nous courons. Le foot est la passion de Maël c’est bien car il aime beaucoup courir avec moi.

Après que Maël et Lou se soient bien couverts nous nous mettons en chemin. Nous prenons les escaliers, jamais l’ascenseur parce que je n’aime pas ça. Sur le chemin, j’écoute mes maîtres, je suis devant pour qu’ils me voient. Arrivés au Bois de Boulogne, nous nous arrêtons près d’un lac et nous observons les poissons. La passion de Lou ce sont les animaux, elle adore me dire quels poissons on trouve dans le lac.

Partie 2 L’événement perturbateur du 3 au 14 janvier 2022 Classe de Mme Sablayrolles

Lou observe les poissons en citant leurs noms à voix haute : gardons, carpes, tanches ou encore truites. Pendant ce temps, Maël joue au foot avec un caillou, moi aussi je voudrais jouer avec lui mais il a peur de me faire mal malencontreusement en tirant au pied avec ce caillou. En même temps, je n’aimerai pas le gober. Je me place aux côtés de Lou et fais semblant d’écouter ses explications sur la vie en milieu naturel des poissons. Elle remarque que je ne suis pas trop intéressé et décide de jouer avec moi.

Lou prend un morceau de bois et me le lance dans l’eau. Je suis content d’aller le récupérer, je plonge dans l’eau froide, nage vers cet objet qui flotte devant mes yeux. Je l’attrape dans ma gueule et je le ramène à Lou, qui étonnée, s’aperçoit qu’il s’agit d’une petite bouteille et qu’un morceau de papier est à l’intérieur.

Quand soudain, un homme avec une combinaison surgit de l’eau et essaie de s’emparer de l’objet. Lou le cache derrière son dos et l’homme ouvre les bras afin d’agripper Lou. La fillette prend peur et s’enfuit en courant en nous criant de la suivre le plus vite possible. En entendant ses cris, Maël et moi observons la scène. Lou, en train de courir les cheveux au vent, derrière elle, un homme plutôt grand avec de grands yeux bleus portant une combinaison de plongée, est en train d’enlever ses palmes, son détendeur et sa bouteille. Il se mit à courir dans notre direction. Nous prenons peur et nous commençons à courir en suivant Lou. Je me rends compte que je cours plus vite que mes maîtres. Je me retourne et j’aboie pour essayer d’effrayer celui que j’ai décidé d’appeler « l’homme poisson ».

Partie 3 Série d’actions du 17 au 28 janvier 2022 Classe de Mme Plus

Quand tout à coup, Mael glisse et tombe sur le dos ! J’essaie d’effrayer l’Homme Poisson pour qu’il n’attrape pas Mael : j’aboie, je commence à montrer mes crocs, je m’avance de plus en plus vers lui mais je suis trop petit et trop mignon pour lui faire peur alors je lui saute sur la jambe et lui mord le tibia. Je savais bien que mes crocs allaient me servir un jour ! Pendant ce temps, Mael se relève et se remet à courir le plus vite possible en direction de Lou puis les deux enfants décident d’en profiter pour se cacher derrière le premier buisson qu’ils voient. Mael regarde alors derrière lui mais l’homme poisson n’est plus là.

De son côté, l’homme poisson me poursuit encore mais en vain, je veux l’éloigner le plus possible des enfants. Etant blessé à la jambe, il ralentit peu à peu puis s’arrête, essoufflé de la course poursuite. Il a perdu les enfants des yeux. Il détourne la tête, ne nous regarde plus, ne nous poursuit plus et part dans une autre direction. Moi, je repars alors chercher mes amis le plus vite possible et je les rejoins en cachette grâce à mon flair, derrière le buisson. Je pense alors qu’ils vont me féliciter, mais non, ils ne le font pas ! Moi je ne comprends plus rien : un type les attaque, je les défends, le type décampe et ils ne me disent même pas merci !! Ce n’est pas juste !

« – Parfait, cet homme nous a perdu de vue ! dit Lou. Il est vraiment bizarre !

– Ouf ! Rentrons à la maison avant qu’il ne nous retrouve ! chuchote Mael.

– Oui, ce serait mieux que de rester là, répond Lou peu rassurée. Mais comment faire pour sortir d’ici ?»

Moi aussi je cherche une idée pour nous sortir de là, je réfléchis, je cherche, je renifle un peu partout autour de moi. Mais je n’ai pas d’idée…

« – Et si on ouvrait cette bouteille ? J’ai bien envie de lire ce qui se cache dedans ! propose Mael.

– Oui, allez, ouvre la bouteille ! dit Lou.

– Oh non, surtout pas, c’est peut-être une bombe ! Ou alors,  il y a peut-être des monstres dedans ! plaisante Mael.

– C’est ça, et moi je suis la reine d’Angleterre ! rigole Lou. On n’est pas dans un film d’horreur ! Moi, je pense plutôt qu’il y a peut-être des pierres de pouvoir.

– Mais non ! répond à son tour Mael. On n’est pas dans un film de science-fiction ! »

Mael et Lou se lancent tous deux dans un fou rire et moi je ne comprends pas : elle n’est pas la reine d’Angleterre d’accord, mais de là à en rire…

« – Bon, tu l’ouvres cette bouteille, oui ou non ?

– Bon d’accord… »

Après quelques instants, Mael attrape du bout des doigts un premier morceau de papier et le déplie devant nos yeux.

« – Quoi ? Juste un vieux bout de papier ?

– Eh ! Attend, regarde, poursuit Lou. Il y a quelque chose dessus…

–  Oui, on dirait un plan, tout ce qu’il y a de plus normal quoi ! »

Les deux enfants regardent le plan attentivement mais ils n’en comprennent pas la logique, moi-même, si je n’y comprends pas grand-chose…

« – Regarde Mael, on dirait qu’une partie de ce plan représente le parc où nous sommes !

– Oui, c’est vrai, je reconnais le Lac Vert, c’est là-bas que nous étions tout à l’heure !

– Et là, regarde ! continue Mael, il a l’air d’y avoir des choses sous ce lac. Oh ! Mais on dirait le plan d’une base secrète… sous le Lac Vert !!

– Et ici, continue Lou, c’est le buisson où nous sommes cachés et juste là, il y a un arbre avec deux tunnels : un qui rejoint la base sous le lac et un autre qui rejoint la rue par une plaque d’égout ! Nous sommes sauvés ! »

A ce moment-là, l’homme poisson passe près de notre cachette pour finalement s’arrêter et chercher dans les buissons. Nous avons très peur et ne bougeons plus. Tout à coup, je vois une branche sur ma droite et j’ai une idée : je ramasse le bâton puis je le donne à Lou. Elle comprend tout de suite mon idée et lance le bâton vers le lac. L’Homme-Poisson, croyant que c’est sa bouteille, fait demi-tour et va le chercher.

« – Ouf, nous avons eu de la chance ! merci Sherlock ! » chuchote Lou.

– Il faut trouver de l’aide, mais où ? Il n’y a personne autour de nous ! ajoute Mael. »

Alors j’aboie, j’aboie pour trouver quelqu’un.

« – Là, il y a quelqu’un ! Des policiers ! Ils viennent nous sauver !! »

La police sans doute prévenue par mes aboiements arrive. J’aperçois les policiers qui  courent après l’Homme-Poisson puis ils se jettent sur lui mais l’Homme-Poisson parvient à se délivrer et saute dans le lac.

Pendant ce temps, je commence moi aussi à observer le plan à la recherche de « l’arbre-tunnel » puis,  grâce à mon flair, je me mets à sa recherche et ne tarde pas à le trouver : il est énorme ! J’aboie pour prévenir Mael et Lou qui accourent vers moi. Il y a une porte métallique cachée dans l’arbre. Je passe le premier, suivi de Mael et de Lou. Nous comprenons vite que cet arbre est sans doute le repère de l’Homme-Poisson car il y a une étagère remplie de livres, un lit et plein d’autres choses. Au sol, il y a une trappe. Mael l’ouvre et nous arrivons tous les trois dans le tunnel dessiné sur le plan. Nous avançons à petits pas car il est étroit et mal éclairé. Nous marchons longtemps, je guide les enfants quand tout à coup, au croisement entre les deux tunnels, nous apercevons au loin une sorte de monstre. Nous sommes terrifiés et prenons vite le tunnel menant à la sortie que je ne tarde pas à trouver grâce à mon super flair ! Lou et Mael soulèvent la plaque d’égout et nous pouvons enfin sortir.

Nous courons ensuite tous les trois à en perdre haleine jusqu’à notre appartement mais arrivés chez nous, la porte n’est pas fermée à clef. Nous rentrons dans l’appartement :  il est dévasté. Toutes nos affaires sont chamboulées, les lampes cassées, les murs ont des marques et dans la chambre de Mael et de Lou, tout est dérangé aussi. Les enfants sont sous le choc. Mais que faire ? Je cherche dans toutes les pièces pour trouver un indice, je flaire un morceau de tissu et je comprends : L’Homme-Poisson est entré chez nous mais apparemment, il est parti sans avoir voler quelque chose. Quand tout à coup, je trouve un mystérieux papier sous un canapé. J’aboie pour appeler mes maitres et leur montrer cet indice. Lou lit le papier :

« – Rendez-moi la bouteille, si vous ne venez pas, vous êtes morts. Rendez-vous ce soir au Lac Vert, à minuit. Signé : L’Homme de l’eau » 

Mael et Lou se souviennent soudain de la bouteille et de son contenu. D’un revers de patte, je fais signe à Lou d’attraper l’autre papier dans la bouteille. Elle déplie le deuxième petit papier et lit ce qui est marqué dessus :

« Bonjour Grégoire Lelouche, rejoins-moi au Q-G, le chef a créé des monstres capables d’envahir Paris et de contaminer tous les humains pour les transformer en monstres. L’invasion doit avoir lieu dans deux jours. Viens vite si tu veux en savoir plus. Ps : Ne perd pas le plan. Anonyme. »

J’ai la drôle d’impression que l’Homme-Poisson est impliqué dans cette histoire. Les enfants sont très impressionnés par ce message quant à Mael, il paraît horrifié lorsque Lou dit :

« – Le fameux Grégoire Lelouche ? Dans le journal, j’ai lu que c’est un évadé de prison !

– Oui, je crois aussi, et il s’est évadé de prison il y a deux ans ! On doit prévenir la police ! » ajoute Mael.

Lou retourne le papier, remarque quelque chose de suspect et s’exclame :

« – Regarde Mael derrière ce papier ! On dirait qu’il y a un plan plus précis de la base qui est  sous le Lac Vert, on dirait même une sorte d’usine ! »

En effet, Le plan montre toutes les pièces du bâtiment et elles sont  attitrées de noms bizarres : salle des monstres, espace des expériences, salle de contrôle, recharge de matériel, bureaux, etc. Il y a même un endroit pour les bébés monstres ! Les enfants s’installent dans leur bureau pour parler de ce qu’ils ont vu.

« J’ai cru qu’on allait tous mourir ! » dit Mael.

– Wouf ! Wouf ! Wouf ! (Je lui réponds pour dire que je suis bien d’accord.) »

Mael et Lou se demandent longuement s’ils doivent mener l’enquête pour comprendre et empêcher cette catastrophe ou s’ils doivent la laisser à la police. Après une longue réflexion, ils se décident à aller au rendez-vous cette nuit.

Vers 22h00, j’entends des « poc, poc » dans notre chambre et me réveille. Je vais à la fenêtre et là, je vois un petit caillou s’abattre sur la vitre. Vite, je réveille mes maîtres qui se sont assoupis et j’essaie de leur parler mais cela donne un vague « wouf ! ».

« – Mais qu’est-ce que tu veux ? s’énerve Mael.

– Je crois qu’il veut nous montrer quelque chose, répond Lou de sa voix de  « je sais tout ».

Et un autre caillou. Paf, cette fois-ci, ils regardent dans le jardin mais ne voient personne.

– C’est sans doute un avertissement !

– On devrait peut-être abandonner, s’inquiète Mael.

– Non mais ça ne va pas la tête ? Nous devons aller au rendez-vous sans tarder ! décide Lou. 

– Ok, répond Mael. »

Les enfants prennent leurs affaires, la bouteille et même leurs combinaisons de plongée au cas où, puis ils partent vers 22h10 pour le bois de Boulogne car ils préfèrent avoir 1h30 d’avance sur place pour fouiller les lieux à la recherche d’indices.

Mael, Lou et moi retournons donc près du lac où nous avons rencontré l’homme poisson, mais sans succès, il n’y a rien. Enfin, c’est ce que nous croyons au début car quelqu’un nous observe, je le sens bien. Je saute dans les buissons et je ressors rapidement avec le mystérieux individu que j’ai appelé l’Homme-Poisson ! En voyant les enfants, il essaie d’attraper Lou et Mael mais je lui attrape le mollet et je le fais tomber pendant que mes deux amis s’enfuient. Au sol, l‘Homme-Poisson recule ensuite sous mes aboiements jusqu’à tomber dans l’eau. Pendant ce temps, les enfants courent vers l’arbre-tunnel. Je crois qu’ils ont finalement décidé de passer par le souterrain pour rejoindre la base secrète et moi, je les suis, ils vont sans doute avoir besoin de mon aide.

Partie 4 Le dénouement du 21 février au 4 mars 2022 Classe de Mr Gauthier

En arrivant près de l’arbre-tunnel, grâce à mon flaire, je repère une odeur semblable à celle de la bouteille avec le plan.

Quelques aboiements font comprendre à Lou et à Maël qu’ils doivent me suivre. Après quelques minutes de recherches dans les buissons, mes maîtres trouvent une nouvelle bouteille. Ils l’ouvrent; elle contient un papier recouvert de signes.
« Je n’arrive pas à lire, je n’y comprends rien. Dit Lou
_ C’est sûrement un message codé, Ca doit être important, » réplique Mael.
Ils partent tous les trois vers l’arbre-tunnel.
En faisant très attention, ils entrent. Après un trajet sans mauvaise rencontre, ils arrivent devant la porte métallique. Sur celle-ci ,il y a des signes: les mêmes que ceux de la feuille.
« Comment faire pour entrer?
_ Ouah! Ouah!(Prenez la bouteille, en langage chien)
_ Mais oui! »
Après une longue observation, ils remarquent des suites de signes qui se répètent: un code!
Ils actionnent ces signes sur la porte: elle s’ouvre.
Ils entrent dans la base secrète grâce au plan de la première bouteille, ils arrivent dans une salle remplie d’aquariums .
Dans chaque récipient, un bébé-monstre vert, dégoulinant, boutonneux, aux yeux rouge vif ,recouvert d’écailles.
La future armée des envahisseurs de Paris!
Que peuvent faire un chien et deux enfants contre eux?
« Ouah! Ouah! »(Il faut prévenir la police)
Je m’ élance suivi de Lou et de Mael. Il faut prévenir tout le monde.
Soudain, on se retrouve nez à « trompe-bec » avec un des bébés qui a déjà triplé de volume.
En tant que  chien protecteur, je saute sur le monstre….et me retrouve au sol:c’est un hologramme!!!!!
 

Partie 5 La situation finale du 7 mars au 18 mars 2022 Classe de Mme Petit

L’hologramme s’efface. Une alarme retentit dans les locaux. Mes maîtres se mettent à courir et je les suis.

Soudain, l’homme poisson surgit de nulle part. On prend peur et on appelle la police qui ne répond pas !!! Maël se cache dans un coin pour essayer de rappeler la police. Je fais le guet pour voir si l’homme poisson arrive.

Tout à coup, la police répond mais hélas ne croit pas un mot de notre histoire.

C’est alors que l’homme poisson nous retrouve. Nous voici nez à nez avec lui…

Dans un élan de courage, je saute sur l’homme poisson qui est destabilisé et tombe à terre. Je me pose sur lui pour le maintenir au sol.

Maël se précipite sur l’homme et lui retire la capuche de sa tenue de plongée.

SURPRISE !!!! C’est le père de Maël et de Lou !!!

« Vous m’avez découvert les enfants !! »

Nous sommes complètement sous le choc… On entend des pas qui courent et des rires qui résonnent… Et là on voit apparaître la mère de Maël et de Lou ainsi qu’une grande partie de leur famille et de leurs amis. En entrant dans la pièce, tout le monde s’écrie : « Joyeux anniversaire Maël !! »

Avec toute cette aventure, Maël avait oublié que c’était son anniversaire… Quelle surprise !!! Une enquête pour un anniversaire !

Tout est bien qui finit bien… Je me mets à aboyer de joie.

Nous sortons tous de l’arbre… Et là, près du lac vert est dressée une belle table d’anniversaire avec un énorme gâteau d’anniversaire…

La fête bat son plein… C’était un drôle d’anniversaire !