Récit Vert A : Qui veut sauver la biodiversité ?

Partie 1 Introduction du 6 au 16 janvier 2020 Classe de Mme Ledru

Comme tous les matins, après avoir fait plusieurs longueurs dans la piscine municipale, Alain coiffe ses cheveux bruns en arrière, lisse sa grande moustache, s’habille en costume et met son manteau noir.

Il se prépare à sortir pour aller chercher du pain à la boulangerie et prendre le journal. Il vérifie qu’il a bien sa petite loupe dans sa poche, elle l’aide à observer les illustrations dans les journaux.

Il monte sur son grand bi, regarde les quelques voitures passer et entend, sur le pont derrière lui, un train à vapeur. Cela lui donne envie de voyager…

Il aime s’installer dans le café pour lire les articles sur les expositions et prendre un thé dans lequel il met toujours du sucre. Ses yeux marron se posent sur la présentation d’une exposition sur l’Egypte qui retient son attention. Il sort sa loupe et examine l’article de plus près et remarque que cela commence cet après-midi.

Après le repas, Alain, tout excité, monte sur son grand bi pour se diriger vers le bâtiment qui donne accès à l’exposition. La rue qui est recouverte de pavés rend le déplacement désagréable !

Il entre par la grande porte et découvre des peintures représentant la nature en Egypte, des statuettes, des sphinx, des maquettes de pyramides. Il se retourne et voit une momie allongée près d’un sarcophage magnifiquement décoré. Avec sa loupe, à la lumière d’une bougie, Alain observe de plus près les dessins et sur son calepin, il recopie ce qu’il voit.

Sur le chemin du retour, il s’arrête à la bibliothèque pour en savoir plus sur ces mystérieuses écritures.

Partie 2 L’événement perturbateur du 17 janvier au 30 janvier 2020 Classe de Mme Marchand

Alain pénètre dans le hall de la grande bibliothèque universitaire où il est reçu par la jolie Angèle, aux cheveux châtains clairs et aux yeux gris bleus pétillants. Il aimerait bien l’ inviter à boire un café après son travail, mais il n ‘ose pas le lui demander.

Il vient pourtant souvent ici. Alain est professeur au lycée Saint Vincent à Rennes où il enseigne la géographie aux garçons de bonnes familles.

Il ose néanmoins montrer à la jeune bibliothécaire les dessins qu’il a recopié.

-Mais ce sont des hiéroglyphes !

-Je sais, j’étais à l’exposition « Trésors de l’Egypte ». C’est là où je les ai vu. Je cherche à savoir ce qu’elles signifient.

-J’ai ce qu’il vous faut.

Elle lui demande de le suivre jusqu’au rayon consacré à l’histoire de l’écriture. Elle lui recommande « l’incontournable » de Jean-François Champollion intitulé sobrement : «La Pierre de Rosette» dans lequel le fameux égyptologue a décrypté les hiéroglyphes.

C’était il y a seulement 30 ans !

Il remercie Angèle timidement et va s’ asseoir à une table où il ouvre avec une certaine fébrilité le précieux livre. Ce Champollion a réalisé un travail colossal. Pas étonnant qu’il soit mort de surmenage à 42 ans !

La nuit commençait à tomber, quand une série de dessins retint son attention. Ils ressemblaient étrangement à ceux qu’il avait relevé sur le sarcophage. Il y avait là un homme avec son fils. Cela signifiait « père ». Puis un autre avec des graines de lin. Les deux autres qui suivaient représentaient successivement deux gros pains.

Il réfléchit: Père-lin-pain-pain…Mais oui, bien sûr : Perlimpinpin ! Il demeura perplexe : ce mot était déjà connu des pharaons ?

Il voulut appeler Angèle pour lui faire partager cette étonnante découverte.

Mais elle était déjà là, à ses côtés.( Il ne l’avait pas entendu arriver tant il avait été absorbé par ce drôle de rébus !). Elle tenait dans sa main une petite statuette à tête de lionne.

Il la trouvait un peu étrange, la jolie bibliothécaire…

Soudain, il l’entendit parler d’une voix qu’il ne lui connaissait pas :

« Alain, tu as été désigné depuis la plus haute Antiquité pour alerter tes compatriotes sur les dangers de la révolution industrielle qui sévit tout autour de nous. La biodiversité est menacée et nous comptons sur toi. »

Il n’entendit rien de plus car il s’évanouit.

Partie 3 Série d’actions du 31 janvier au 13 février 2020 Classe de Mme Drouet

Après quelques minutes d’inconscience, Alain reprend ses esprits et découvre la statuette installée près de lui sur le sol. Effrayé il se redresse subitement et s’empresse de rechercher Angèle pour connaître l’origine de ce message dont il est l’élu. Il s’empare de l’objet et se dirige vers le bureau. Désemparé, il demande à Angèle en lui tendant la statuette:

  • – D’où vient cet objet? Où l’avez-vous trouvé ?

Ne répondant pas, Alain lui repose les questions plus sévèrement. Avec quelques balbutiements, elle lui répond :

  • – J’ai découvert la statuette lors d’un stage d’archéologie l’été dernier. L’objet se trouvait dans une des malles des chercheurs qui faisaient des fouilles sur le plateau de GIZEH en Egypte. En passant un soir près de la malle, une voix plaintive et gémissante s’est adressée à moi. Quand j’ai découvert la statuette, ses yeux se sont mis à briller ; elle me dit alors:

« Conduis-moi à celui qui pourra faire respecter notre environnement de façon durable. Notre planète est en danger. Une loupe te le fera reconnaître ! Sers-toi de moi, je suis la clé ! »

  • – Vite Angèle ! Allons parler de tout ça dans un autre endroit. Rejoignez-moi au café d’à côté ; nous y prendrons un thé. Nous avons besoin de discuter sérieusement de tout ça pour préparer cette mission.

Angèle arrive au café avec des livres et des cartes géographiques. Sans aucun indice, ils décident de retourner consulter les hiéroglyphes du sarcophage. En observant de plus près les dessins, Alain remarque une forme peu visible au pied du sarcophage. Il utilise sa loupe et aperçoit une tête de lionne semblable à celle de la statuette d’Angèle. La jeune fille appuie sur le dessin gravé quand soudain, un fin tiroir s’entrouvre. Alain souffle sur la poussière et s’empare d’un tout petit parchemin indiquant un emplacement à Gizeh près du Caire. Ils décident de prendre un navire le lendemain pour se rendre en Egypte et atteindre le port de Rosette.

Trois jours plus tard, les deux aventuriers atteignent le plateau de Gizeh. Ils décident aussitôt de rejoindre la pyramide à tête de sphinx. Ils s’adressent à un guide mystérieux dont le visage ne paraît pas inconnu à Angèle. Cet homme semble très intéressé par le projet des deux amis et accepte de les accompagner dans cette expédition. Très gentiment il leur dit :

«  Je vous laisse vous reposer à l’auberge. Vous avez certainement besoin de reprendre des forces. Nous partirons demain dès l’aube ; il fera moins chaud ! Mettez en lieu sûr le parchemin et la statuette. Ce sont les seuls indices que nous ayons ! »

Exténués par la chaleur et le vent poussiéreux, Alain et Angèle s’endorment rapidement. Le guide quant à lui, a pris soin de ne pas s’endormir aussitôt. Marcus, ce grand gaillard aux cheveux bruns assez longs,  porte une petite barbe bien taillée. Ses petites lunettes rondes lui donnent un air très sérieux. Il aime porter son grand manteau noir devenu pâle de poussière.

Après s’être assuré de l’endormissement des deux français, Marcus pénètre dans la chambre d’Alain et aperçoit les objets sous l’oreiller. Il passe une plume sur la joue du dormeur qui se retourne tout doucement agacé par ce frôlement. Il s’empare délicatement des précieuses découvertes et s’apprête à quitter la chambre. En prenant la poignée de la porte, celle-ci se décroche de son socle et tombe bruyamment par terre. Alain a pris soin en effet de dévisser la poignée avant de se coucher ! Subitement réveillé, il se précipite vers la porte, mais le fugitif est bien trop rapide. Le long manteau noir et les cheveux longs s’échappent dans l’obscurité. Alain l’a reconnu :

  • – C’était bien notre Marcus, ce guide si gentil et si intéressé par nos recherches. Nous n’avons pas été assez prudents ! Comment allons-nous retrouver le moyen de protéger notre environnement ? Il nous faut les retrouver. La nature et la biodiversité semblent être en danger !

Partie 4 Résolution du 2 au 12 mars 2019 Classe de Mme Sorin

Alain va réveiller Angèle et lui dit :

– Marcus s’est enfui avec la statuette et le parchemin !

– Quoi ?????? C’est horrible !! Dépêchons-nous avant qu’il ne parte trop loin.

Rapidement, Alain prend sa loupe et quelques équipements pour retrouver d’éventuels indices.

Ils sortent très vite de l’auberge et ils voient Marcus courir.

– Regarde Alain ! crie Angèle, on voit les pas de Marcus dans le sable, on va pouvoir suivre ses traces.

Quelques minutes plus tard, ils voient des dromadaires et décident de grimper dessus pour aller plus vite.

Après quelques heures à dos de dromadaire, ils aperçoivent une source de lumière venant de la pyramide de Khéops.

Alain se dit alors : Marcus se dirige certainement vers l’emplacement indiqué sur le parchemin.

En rentrant dans la pyramide, Alain prend une torche sur le mur mais ils ne savent pas dans quelle direction aller. Très vite, ils s’enfoncent dans la pyramide et se perdent.

Un peu plus loin dans la pyramide, Marcus s’assoit pour refaire son lacet. Il pose la statuette et tout d’un coup, elle se transforme en cacatoès. Il se met à voler et va rejoindre Alain et Angèle laissant Marcus perdu dans la pyramide.

Désespérés, ils demandent à l’oiseau de leur montrer le chemin.

Il les emmène au centre de la pyramide. Angèle et Alain rentrent alors dans une pièce et voient face à eux un trou qui ressemble à la statuette. A ce moment-là, le cacatoès se retransforme en statuette. Alain la place dans le trou et la tourne, puis un éclat de lumière jaillit. Le pouvoir de la statuette est alors libéré et envoie un message aux êtres humains aux quatre coins du monde : vous devez respecter notre planète car elle est en danger, arrêtez de polluer !

Angèle et Alain crient en cœur : la biodiversité est sauvée !!!!

Partie 5 Situation finale du 13 au 26 mars 2020 Classe de Mme Granry

– Bon… Maintenant, j’espère que l’on va pouvoir sortir de cette pyramide ! dit Angèle.

 – Oh oui ! dit Alain. Comment va-t-on faire ?

– Ne t’inquiète surtout pas, le rassure Angèle. Comme je me doutais qu’on allait se perdre, j’ai mis des pierres là où on est passé. Du coup, on peut sortir.

Angèle et Alain rebroussent chemin. Ils sortent de la pyramide très joyeux et reprennent leur dromadaire.

Pendant ce temps, Marcus, lui, tombe dans le piège épineux de la police égyptienne. Bientôt, une photo montrant son arrestation paraitra dans le journal « L’écho du rongeur ».

Avant de rentrer en France, Angèle et Alain décident de faire une petite pause chez des villageois : Charles et Bob. Alors qu’Alain s’apprête à aller se coucher, il se rappelle : « Oh mince ! J’avais oublié que demain, j’avais entraînement pour la finale du 100 mètres nage libre avec Madame Granry. » Finalement, comme Angèle, il s’endort rapidement en rêvant de la merveilleuse aventure qu’il vient de vivre avec sa complice.

Le lendemain matin, les deux aventuriers se lèvent de bonne heure. Ils prennent un bateau pour revenir en France.

De retour à Rennes, le climat est agréable, ensoleillé.  Le monde a changé : tout est propre dans tous les recoins de la ville. On voit des personnes balayer les trottoirs. Il n’y a plus aucune voiture dans la rue, on entend les oiseaux. Seul des bis roulent.

Angèle retourne travailler à la bibliothèque. Quant à Alain, il retrouve ses élèves à qui il continue d’enseigner la géographie au lycée Saint Vincent.

Quelques mois plus tard, Alain se décide à retourner à la bibliothèque dans l’espoir de trouver un livre avec pour titre « Le pharaon Perlimpinpin ».  Il retrouve Angèle. Cette dernière lui avoue :

– Je n’oublierai jamais ce moment.

– Moi non plus, lui répond Alain. 

C’est alors qu’ils aperçoivent une voiture sans pot d’échappement qui s’arrête devant la bibliothèque. Un grand homme à la longue chevelure sort de la voiture : c’est Marcus!  Il les invite à monter dans cette mystérieuse voiture.  Il a quelque chose d’important à leur dire. Marcus dit :

– J’ai deux mots à vous dire : Pardon et merci.

– Pourquoi ? demande Alain.

– Pardon, dit Marcus. Je voulais la statue. Je ne pensais pas que ça changerait le monde ainsi. Je pensais que cette statuette me mènerait à un trésor. Je me suis trompé ! Mais je préfère largement un nouveau monde comme trésor !

Merci aussi car ça m’a changé la vie. Vous savez quoi ? dit-il d’un ton héroïque. J’ai eu l’idée de transformer la décharge en un énorme potager. Et savez-vous comment je l’ai nommé ? Les jardins d’Angèle et Alain. 

Angèle éclate de rire.

Deux mois plus tard, à l’hôtel de ville de Rennes, on aperçoit un jeune couple entouré d’une foule criant : « Vive les mariés ! »

Devinez qui se tient à la sortie de la mairie !

Et oui ! Notre fameux Alain aux côtés de notre fameuse Angèle !

Et sur l’épaule de notre détective se tient notre fameux cacatoès !