Récit Vert D : L’aventure de Djeko et Bihëns

Partie 1 Introduction du 6 au 16 janvier 2020 Classe de Mme Marchand

Par une matinée hivernale et neigeuse, Djekø et Bihëns, les deux chasseurs les plus audacieux de la tribu des Jera pistaient un troupeau de rennes.

Leurs barbes broussailleuses et à moitié gelées leur donnaient à chacun un air de gros ours. Djekø et Bihëns se connaissaient depuis leur enfance.

Djekø, grand gaillard aux cheveux blonds était vigoureux et réputé pour son optimisme. Quant à son camarade Bihëns il était plus taciturne et secret. Ses cheveux roux lui donnaient un air étrange. Ces deux-là s’entendaient parfaitement.

Pourtant ce n’était pas un bon jour pour la chasse. Bihëns se demandait qu’ils auraient été assez respectueux envers le gibier lors de leur dernière sortie. Peut-être avait-il contrarié l’esprit du Grand Renne?

Une tempête de neige s’était levée et ils avançaient péniblement. Leur vision était limitée.

Soudain Djekø butta contre un objet à demi enfoui sous la neige.C’était rouge et blanc et les écritures assurées pas des runes.

-Qu’est-ce que c’est? bougonna Bihëns.

Après un temps d’observation, Djekø s’empara sans hésiter de l’objet à forme cylindrique. Dans ses grosses mains emmitouflées de lainage, l’objet avait quelque chose de ridicule mais aussi de vaguement inquiétant.

L’objet était léger et transparent. On y voyait à l’intérieur comme un glaçon brunâtre.

Que faisait cet objet dans cette nature sauvage et immaculée?

Le mieux était ouvert au chef de leur tribu, le sage Møbelroï, leur étonnante découverte.

Pa rtie 2 L’événement perturbateur du 17 janvier au 30 janvier 2020 Classe de Mme Granry

Djekø et Bihens se mirent en route.

Ils marchaient depuis longtemps quand soudain, le sol se fissura sous leurs pieds. Ils tombèrent dans un précipice. Ils y restèrent des jours et des jours. Enfin Djekø eut une idée: avec une corde et des bouts de bois, ils réussissent à construire une échelle pour sortir de cette situation épineuse .

En arrivant au village des Jera, ils virent qu’il était en partie détruit: une tempête de neige avait tout ravagé. «Il y a quelqu’un? »Crièrent les deux compagnons. Djeko crut entender un cri venant de la forêt. Mais ce n’était qu’une illusion.

Les deux chasseurs se dirigent vers la maison du chef des Jera. Djekø expliqua au Sage ce qui s’était passé alors lui confia l’objet trouvé. Mobelroï l’examina. Lui qui avait beaucoup voyagé, finit par dire: «cet objet est une bouteille de Coca Cola. »Il en mais une gorgée. «Cela a un goût étrange» dit-il. A ce moment-là, il tomba par terre. Un villageois se mit à hurler: «Au secours! Au secours! Le Sage est mal! »Bihëns et Djeko s’affolèrent tous les deux. C’est à ce moment-là, qu’au pied de la canne du Sage Mobelroï, ils virent un papier chiffonné. Une fois la feuille dépliée, ils essaient de déchiffrer le message. Mais en vain. Malheureusement, seul le sage avait les connaissances pour traduire ce genre de message. Personne d’autre ne savait cette langue. Alors, Bihëns se contenta de feuilleter les pages de l ‘ encyclopédie du Grand Sage. Après plusieurs jours, lui et Djekø finirent par lire: EN ECHANGE D’UN REMEDE POUR VOTRE CHEF, NOUS, LES CHIPOLATAS, NOUS VOULONS TOUTE VOTRE RICHESSE. RENDEZ-VOUS DANS LA CLAIRIERE DE HATA. SIGNÉ: CHEFPERLIMPINPIN ». Bien que fatigués et voulant avoir froid et faim, les deux chasseurs se dirent qu’ils auraient besoin d’autres choix que d’accepter la proposition s’ils voulaient soigner Mobelroï. Ils voulaient faire confiance à l’esprit du Grand Renne. Ils décidèrent que le lendemain, ils se mettraient en route vers la clairière.

Partie 3 Série d’actions du 31 janvier au 13 février 2020 Classe de Mme Ledru

Au petit matin, ils se levèrent et se préparèrent à partir du membre de la tribu les arrêta et leur dit: «S’il vous plait, ne donnez pas toute notre richesse, nous en avons besoin…»

-D’accord, nous ferons en sorte de ne pas tout perdre en cachant la moitié.

Les deux compagnons partent en direction de la montagne, là où le climat était glacial. Pour aller à la clairière, ils ont obtenu la franchir. Tout à coup, leur chemin fut bloqué par un mur de neige provoquée par une avalanche. Ils décidèrent de creuser un tunnel pour remonter à la surface mais ils s’aperçurent que le mur était beaucoup trop grand et ils se découragèrent. Ils repartirent en arrière trouver un autre chemin. Ils étaient assoiffés et avaient très faim. Ils se mirent à chasser les rennes mais en poursuivant le troupeau, ils suivirent le mauvais chemin et se perdirent. Soudain, ils virent un lac gelé et se mirent à casser la glace pour boire.

Ils décidèrent de se reposer à l’abri dans une grotte mais ils s’endormirent. Le lendemain, Djekø n’était plus là. Bihëns partit à sa recherche. En chemin, il vit des tâches de sang dans la neige, il suivit et trouva son ami avec la jambe mordue par un nôtre.

Bihëns lui fit un bandage avec des feuilles puis il fabriqua une luge en bois et ils reprirent leur chemin. La neige se remit à tomber, Bihëns était très fatigué quand tout à coup, il vit une lumière dans le noir. Il cria, appela si fort qu’une jeune femme s’approcha de lui. Elle s’appelait Diana et appartenait à la tribu des Cacatoès. Elle les guida vers son camp.

Djekø fut soigné et Bihëns raconta au chef des Cacatoès toute leur histoire et le changement de tribu des Chipolatas. Le chef décida que c’était injuste et il accepta de l’aide à récupérer le remède auprès de la tribu adverse.

Partie 4 Résolution du 2 au 12 mars 2019 Classe de Mme Drouet

Le chef des Cacatoès expliqua aux deux hommes qu’il connaissait très bien le chef Perlimpinpin.

«Ne vous inquiétez pas! Il me connaît bien. Je lui ai sauvé la vie il y a quelques années pendant la chasse! »

Le chemin fut long pour parvenir à la tribu des Chipolatas. Arrivé près du camp, le chef des Cacatoès se proposa d’aller  lui-même rencontrer le chef de ce chantage. Il s’adressa sereinement à lui:

– Bonjour chef Perlimpinpin!

– Bonjour, cher ami! Quelle surprise de vous revoir! Que venez-vous faire ici par cette tempête?

– J’ai traversé toute ces plaines pour vous présenter deux de mes amis en grand désarroi. Ils m’ont rapporté que vous avez empoisonné le chef des Jera! Que s’est-il passé? Cela ne vous ressemble pas!

– Nous sommes très inquiets; nous n’avons plus rien à chasser! Les chasseurs du village ont abusé de leurs armes pour tuer les rennes et vendre les peaux. Les familles sont à court de nourriture! Croyez-moi, je ne savais plus quoi faire! Il fallait bien que je trouve une solution!

– Le fond du problème, c’est qu’il faut respecter la biodiversité : il ne faut pas chasser de manière abusive et laisser suffisamment de rennes pour qu’ils puissent se reproduire. C’est là, toute notre richesse. Elle n’est pas infinie!

Le chef des Cacatoès proposa au chef Perlimpinpin de rassembler en grand conseil tous les sages des tribus environnantes. Il était nécessaire de soutenir les Chipolatas et de faire cesser cette chasse abusive! Il ne fallait pas heurter l’esprit du Grand Renne.

Devant le discernement du grand chef des Cacatoès, le chef Perlimpinpin accepta de recevoir Djeko et Bihëns pour leur donner le remède permettant le rétablissement de Mobelroï.

Partie 5 Situation finale du 13 au 26 mars 2020 Classe de Mme Sorin

Après avoir remercié le chef Perlimpinpin, Djeko et Bihëns reprirent leur chemin pour rejoindre le village des Jera. Au bout de plusieurs heures de marche nos deux amis, qui étaient assoiffées, trouvèrent, par hasard, une source d’eau.

En arrivant au village, ils ont donné le remède à Mobelroï puis ils ont rassemblé tous les habitants de la tribu pour faire une annonce importante:

– Nous ne pouvons plus continuer à chasser comme nous le faisons depuis toujours! Notre biodiversité est en danger!

Tous les villageois étaient étonnés.

Pendant ce temps, Mobelroï se réveilla et alla voir ce qu’il se passait. Djeko et Bihëns lui expliquèrent tout: le chef Perlimpinpin, la biodiversité, la chasse abusive…

Une fois remis sur pied, Mobelroï se rend au grand conseil pour rencontrer les autres sages. Ils tombèrent d’accord pour pratiquer une chasse plus durable , plus respectueuse de chaque tribu et surtout de l’esprit du Grand Renne.

Depuis ce jour, toutes les tribus se sont réunissent une fois par un pour partager un rituel de chasse et un repas commun.