Récit Rouge D : Une aventure en Amazonie

Partie 1 Introduction du 6 au 16 janvier 2020 Classe de Mr Dhommée

La famille Berton était en voyage dans la jungle d’Amazonie en Amérique du Sud. Ils devaient découvrir la biodiversité et la nature de cette forêt.
Agathe, une jeune femme âgée de vingt-six ans, était très belle et très douce. Elle avait des cheveux mi-longs de brun à blond.
Agathe adorait les tresses et aimait bien les animaux sauvages.
Le voyage était sa passion, habituellement, elle rapportait des souvenirs pour sa famille.
Agathe avait un fils Mathys, un enfant malin, âgé de six ans.
Il avait les cheveux noirs et courts comme son papa. Il adorait passer du temps avec ses parents et aimait les fruits exotiques surtout les mangues.
Émilien, le mari d’Agathe, avait trente ans. Il portait des lunettes bleues avec des rayures blanches, il aimait bien lire. Il était intelligent mais avait un gros défaut, il était paresseux.
Leur chienne s’appelait Nina, c’était un berger allemand très beau. Elle avait un an et était fidèle. Elle adorait jouer avec Mathys.

Partie 2 L’événement perturbateur du 17 janvier au 30 janvier 2020 Classe de Mme Brebion

En France, Agathe était une biologiste chercheuse et travaillait pour le C.N.R.S (centre national de la recherche scientifique). Il y avait quelques mois, Emilien avait vu un magazine sur la faune sauvage qui proposait une mission de préservation de l’environnement au Brésil. De plus, en rangeant la bibliothèque avec son père, Mathys avait trouvé une vieille photo de son grand-père prise dans la forêt amazonienne. Alors, toute la famille avait pris la décision de quitter la banlieue parisienne pour s’installer dans un camp de scientifiques, le camp de Nourague en pleine forêt tropicale.

Au début, la famille avait dû préparer leurs bagages et les envoyer par bateau de l’autre côté de l’Océan Atlantique. Quelques jours plus tard, ils prenaient l’avion à l’aéroport d’Orly, tôt le matin. Douze heures après, ils atterrissaient à Rio de Janeiro, à 22 heures, heure locale. Après avoir récupéré leurs valises, ils prirent un taxi jusqu’à leur hôtel où une chambre les attendait. Le lendemain matin, après avoir pris leur petit-déjeuner, ils se dirigèrent vers les bureaux de l’association Aquaverde pour connaître la mission scientifique d’Agathe. Pour parvenir au camp de Nourague, il n’y avait ni route ni fleuve. Le seul moyen de transport, c’était l’avion. Il faisait la navette deux fois par jour entre le camp et Rio, la grande ville sur la côte du Brésil. On l’empruntait comme un taxi. Le pilote leur avait donné rendez-vous pour décoller à 14 heures.

Deux heures plus tard, toute la famille survolait la forêt d’Amazonie, la plus étendue du monde. Elle abritait des millions d’animaux et des milliards d’arbres. La végétation était dense et luxuriante car le climat était chaud et humide. La forêt était essentielle à la planète parce qu’elle régulait le climat et absorbait le dioxyde de carbone de l’air. De plus, elle était une réserve de médicaments puisque la moitié des substances qui servaient à les fabriquer, étaient extraites des végétaux. Agathe, en tant que chercheuse biologiste, aurait beaucoup aimé découvrir une nouvelle plante inconnue pour soigner une maladie rare pendant sa mission de 6 mois.

Quand ils arrivèrent sur la piste d’atterrissage, tous les habitants du village de Saül et les scientifiques du camp les attendaient pour les accueillir et les installer dans leur maison en bois qui s’appelait un carbet. Mathys demanda à son père d’aller se baigner dans la crique en pleine nature avec les autres enfants mais la végétation abondante rendait pénible la marche sans compter qu’il régnait une pénombre car peu de lumière traversait la canopée jusqu’au sol. Soudain, au milieu de la jungle, un jaguar surgit.

Partie 3 Série d’actions du 31 janvier au 13 février 2020 Classe de Mme Petit

Mathys entendit du bruit… Il s’arrêta et fit signe aux autres enfants de stopper leur marche dans le silence et d’observer les alentours… Mathys regarda autour de lui et dans la pénombre de la forêt, il aperçut deux amandes jaunes luisantes… Soudain, le jaguar qui les observait bondit… Les enfants terrifiés ne bougèrent pas. Leur respiration se coupa. Dans un silence mystérieux, un bruissement retentit. Le jaguar passa au-dessus des enfants et retomba derrière eux sur un caïman caché dans le feuillage. Là un terrible affrontement se déroula devant les yeux des enfants stupéfaits. Pendant un quart d’heure, le combat continua… Les enfants ne bougèrent pas. A la fin, le jaguar sortit vainqueur mais il était blessé et épuisé.

Les enfants décidèrent de le ramener au campement. L’animal sauvage devenu docile se laissa faire. Les cinq enfants essayèrent de le porter mais en vain. Mathys leur proposa alors de construire un brancard à l’aide de branches et de feuilles. Ils posèrent l’animal sur le brancard et le portèrent. Les voilà partis sur la route du retour au campement.

Arrivés au campement, les adultes stupéfaits et terrifiés brandirent leur arme anesthésiante. Les enfants crièrent : « Arrêtez ! C’est un jaguar blessé ! Il s’est battu avec un caïman pour nous sauver la vie ! Nous l’avons ramené au campement pour soigner ses blessures. Il nous fera pas de mal ». Agathe qui était dans le laboratoire de recherche arriva ayant entendu des cris. Elle resta bouche bée à la vue du jaguar. Elle demanda des explications. Les enfants lui racontèrent leur mésaventure. Agathe décida d’aider l’animal. Les enfants portèrent le jaguar jusqu’au laboratoire. Agathe, scientifique, inspecta les blessures de l’animal. Elle remarqua que des crocs épineux étaient plantés dans son corps.  Les crocs des caïmans possèdent une substance mortelle qu’il faut supprimer de l’organisme du jaguar avant 24 heures car sinon l’animal mourra. Un soigneur ayant entendu du bruit, arriva dans le laboratoire. Il échangea quelques mots avec Agathe. Pour supprimer l’effet du poison, il fallait faire boire l’eau de la source du Guarani.

Sans perdre de temps, Agathe rassembla ses affaires et appella Mathys et Emilien. Le soigneur lui indiqua le lieu où se trouvait la source sur une carte. Elle prit une gourde. Les trois membres de la famille partirent en direction de la source.

Après plusieurs heures de marche, ils arrivèrent enfin à la source du Guarani. Mais,  lorsque Agathe s’approcha de l’eau, un anaconda vert  se cabra devant elle et la fixa. Agathe ne bougea pas ; elle retint sa respiration. Le serpent l’observa dans un silence effrayant. Allait -il attaquer ? Sans hésiter, le mari sortit un pistolet anesthésiant et tira sur l’animal. Il le loupa… L’anaconda se cacha dans la boue… Le silence règna dans la jungle. Au moment où Agathe sortit un bidon pour le remplir…Anaconda surgit… Le mari d’Agathe tira une seconde fois dans un élan désespéré…

L’anaconda touché s’écroula de tout son long. Agathe put remplir le bidon et la famille reprit le chemin pour rejoindre le campement.

Partie 4 Résolution du 2 au 12 mars 2019 Classe de Mme Barthe

Le plan d’eau était au cœur de la forêt, entouré de plantes carnivores. Pendant le trajet du retour, Mathys s’ennuyait  mais Agathe le distrayait  en lui montrant plein d’animaux : des caméléons, des oiseaux, des insectes… Le garçon les prit en photo, tout comme certaines plantes exotiques. En chemin, ils ramassèrent aussi des feuilles et des fruits. Mathys se coucha un moment sur des cailloux pour se reposer durant leur périple.

Le trajet fut très long car il y avait beaucoup d’obstacles. Ils arrachèrent et coupèrent plusieurs plantes sur leur passage. Il finit par pleuvoir. Le chemin était boueux et ils n’avaient pas de bonnes chaussures. Ils glissaient beaucoup.

Mais ils ne tardèrent pas trop à revenir à leur campement car il ne restait plus que deux heures et demie avant que la substance mortelle fasse son effet dans l’organisme du jaguar.

Un homme agita les buissons et en sortit. Il se montra : c’était le chef d’une tribu amazonienne. Il s’appelait Perlimpinpin. Sur son épaule droite, il avait un cacatoès qui se nommait Evoli. Avec lui, il y avait plusieurs membres de la tribu dont deux enfants, Inès et Léo qui les accompagnaient.

Tous accompagnèrent Agathe, Emilien et Mathys à leur campement. Ils partagèrent ensemble un repas délicieux à leur retour. Ils mangèrent une spécialité d’Amazonie composée de fleurs et de fruits.

Les membres de la tribu leur racontèrent les vertus des plantes de la forêt et toutes ses valeurs.

Ils firent également deux rites de leur tribu que nous n’avions pas compris immédiatement. Ils présentèrent aussi une plante à Agathe qui l’intéressa pour soigner le jaguar.

Mathys alla jouer avec les autres enfants pendant qu’Agathe regardait la plante : elle avait beaucoup de substances pour créer des médicaments. Agathe était ravie.

Elle leur montra le jaguar blessé et les membres de la tribu décidèrent de le soigner en versant l’eau de la source sur ses crocs. Agathe prit aussi la plante et soigna le jaguar en la lui appliquant sur ses blessures. Tout à coup, l’animal se réveilla en sursaut et Agathe lui donna à manger car il avait très faim. Pendant ce temps, Emilien et Mathys finirent de débarrasser la table et coururent voir ensuite le fauve qui était guéri. La famille et la tribu décidèrent alors de le relâcher dans la nature.

Il courut, il était content de retourner dans la nature pour retrouver sa liberté et sa famille.

Partie 5 Situation finale du 13 au 26 mars 2020 Classe de Mme Hareau

Après toutes ces péripéties, Agathe, Emilien, Mathys et Nina rentrèrent à Paris. Pour fêter leur départ, le peuple du village de Saül leur offrit toutes sortes de cadeaux : des boutures de plantes exotiques pour Agathe, des mangues pour Mathys, un oreiller de feuilles sèches pour Emilien le paresseux !

Tout au long de leur vie, ils gardèrent contact, dans une amitié durable et pleine de respect. C’est sûr, quand il serait grand, Mathys retournerait se baigner avec ses amis dans la pénombre de la forêt amazonienne, sans jaguar ni anaconda…